web 2.0

What does metabolism have to do with tumors? Defeat GBM-funded study offers new clues

Tumors can use two common nutrients in the body to block the efforts of current targeted therapies designed to treat glioblastoma (GBM) patients, according to a new study funded in part through the Defeat GBM Research Collaborative. This finding could be used to help develop more effective treatment approaches for GBM patients moving forward.

mischel

Dr. Paul Mischel

Launched in 2013, Defeat GBM is a subsidiary of the National Brain Tumor Society. Defeat GBM is a multi-institutional, global collaboration with an ambitious five-year goal to double the survival rate for GBM patients.

The study, published in a recent issue of the Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS), found that the nutrients glucose and acetate can activate a protein that re-programs a cancer cell’s metabolism, which causes tumors to grow rapidly and avoid targeted treatments.

Dr. Paul Mischel of Ludwig Cancer Research, and a member of the Defeat GBM Research Collaborative, led the study. Dr. Webster Cavenee (Ludwig Cancer Research) and Dr. Timothy Cloughesy (UCLA), also leaders of Defeat GBM, participated in the study alongside Dr. Mischel.

The New Study

Cancer researchers have long known that the metabolism of tumor cells is different from the metabolism of healthy cells. Recently, scientists found that changes to a tumor’s metabolism can occur when a specific enzyme known as mTORC2 is turned on in its cells. mTORC2 plays a key role in regulating a cell’s metabolism, so when it is turned up in tumors it leads to a hyperactive metabolism. This altered, hyperactive metabolism causes cancer cells to take in more glucose and acetate, which provide the excess fuel and energy that tumors need to continue growing uncontrollably.

photo

NBTS Chief Research Officer, Carrie Treadwell (left), with Dr. Mischel (center) and Robert Strausberg, PhD, Executive Director of Collaborative Sciences at Ludwig Cancer Research

In the new study Dr. Mischel and colleagues found for the first time that glucose and acetate also affect mTORC2. Dr. Mischel explains that this creates a two-way street in tumors, where mTORC2 can change a tumor’s metabolism, and metabolites (nutrients) like glucose and acetate can, in turn, change mTORC2.

The researchers experimented by testing what happens to GBM cells when they added in the two nutrients. They observed that that at least one of the nutrients was needed in order to turn on mTORC2. The researchers then looked at GBM cells that had a specific mutation in a gene called EGFR. GBM cells with a mutation to their EGFR gene also turn on mTORC2. Importantly, when the GBM cells had no glucose or acetate added, drugs designed to specifically target the mutation in EGFR (EGFR inhibitors) were able to turn off mTORC2 and slow tumor growth. But when glucose and acetate where added, the drugs stopped working, mTORC2 stayed on, and the tumor grew.

Lastly, the researchers were able to find how glucose and acetate activate mTORC2. The two nutrients create a molecule called acetyl-CoA, which alters a key protein in the chain that makes up mTORC2, thereby turning it on. Additionally, the team found that when mTORC2 is turned on it can, itself, inhibit the enzymes that would typically reverse this process. Therefore, mTORC2 is able to preserve its own activity.

Together, these experiments demonstrated that glucose and/or acetate can turn on mTORC2 by producing acetyl-CoA, which enables tumors to resist targeted therapies. mTORC2, in turn, drives tumor growth by regulating metabolism and other processes that GBM cells use to grow.

“The problem is twofold,” said Carrie Treadwell, National Brain Tumor Society’s Chief Research Officer and Managing Director of Defeat GBM. “These nutrients on their own can turn on a process inside GBM cells that accelerates tumor growth and aggressiveness. What’s more, they can be harnessed independently by GBM cells to keep up a hyperactive tumor metabolism that won’t respond to treatment efforts.”

What it Means

The findings provide new insights into potential treatment strategies for GBM patients.

First, the results suggest that developing effective drugs that target mTORC2, and combining them with the EGFR inhibitors, may be a way to improve survival for GBM patients.Blog_DefeatGBM_logo_565x274

Additionally, while Dr. Mischel notes that the study does not point to the value of any particular diet for helping fight GBM, he offers that his lab is beginning to think about how modifying diets could affect the production of these and other nutrients that influence tumor metabolism.

Finally, Mischel offers that this study suggests that there may be more of a relationship between genes involved in cancer (cancer has long been recognized as a disease of the genes) and the environment than previously thought. In other words, GBM may be influenced by a combination and interaction of genetic and non-genetic factors.

“It is going to take diligent and careful work to determine how lifestyle changes, including diet, can alter tumor cell metabolism,” said Dr. Mischel. “We are actively studying this process and hope that this information can be used to develop more effective prevention and treatment strategies for cancer patients.”


 

 

 
  •  

Tags:

Articles intéressants

Aujourd hui nausees

Aujourd hui nausees, mal de tete et l impression qu un 10 roues m a roule dessus. Energie 0 = chantal 0, ca commence a paraitre que je suis au 3ieme cycle, encore 12 semaines et ca sera fini, tout au moins pour la 2ième étape.

Tags:

Jour 1 du 3ieme cycle de chimio.

Jour 1 du 3ieme cycle de chimio. Souper léger et prise de l antinauseux il y a 45 minutes. Maintenant je me gave des 7 comprimes de chimio et dodo apres. Aujourd hui j ai vu mon oncologue, prochain IRM en octobre pendant le 4ieme et dernier cycle de chimio et radiotherapie non pas le 12 octobre mais en novembre si tout va bien, ce qui veux dire que ca sera fini juste quelques jours avant les fetes. Vivement 2016!

Tags:

FORUM C-LAVIE.COM

Au cours des derniers mois, le Forum c-lavie.com a subi des attaques de publicités non-sollicitées, je peux maintenant vous annoncer que le problème est réglé et que le Forum est maintenant disponible, je remercie mon frère pour son aide.  Afin de rectifier la situation, quelques changements ont dûs être fait, vous  constaterez lorsque  vous posterez un message celui-ci me sera envoyé pour approbation, alors il y aura des délais avant que vous ne voyiez celui-ci sur le forum, c'était la seule manière de garder tous les anciens posts depuis la création du forum.

 

Bonne nouvelle, l'option courriel a été ajouté afin d'ètre avisé sur toutes nouvelles discussions. Je vous souhaite à tous de bonnes vacances et profitez de l'été!

Tags:

Remerciements | Tumeur au cerveau | tumeur au cerveau - 4ieme round

Rencontre avec la radio-oncologue

Hier j'ai rencontré ma radio-oncologue, si j'arrive à faire mes 3 cycles de chimiotherapie sans problèmes je devrais commencer ma radiothérapie vers le 12 octobre prochain.  Il y a cependant des petits changements, au lieu des 30 traitements pour une période de 6 semaines a 50GY par jour, je recevrai 30GY ce qui porte le nombre de traitements à 33 soit presques 7 semaines.  Un peu long, considérant que je devrai recevoir un traitement chaque jour, mais bon pas le choix.

 

Concernant la possibilité de démence,  elle me confirme que ce n'est pas tant la radiothérapie mais surtout la maladie qui amène cette dernière.  Pour les effets secondaires on parle de:

Œdème cérébral

Crises d’épilepsie

Réactions cutanées

Amincissement ou perte des cheveux

Syndrome de somnolence

Nausées et vomissements

Maux d'oreille ou troubles de l'ouïe

Changements neurologiques

Déficits hormonaux

Radionécrose

Myélopathie post-radique

Diminution de la croissance des vertèbres

Leucoencéphalopathie

Troubles cardiaques

Troubles intestinaux

La liste est longue mais ce qui est fort probable c'est surtout la fatigue, sans conteste mais également la perte de mes cheveux, qui j'espère sera temporaire, mais il se peut que cela soit permanent.  Entre la démence et la perte de cheveux permanentes, je préfère la deuxième option.  Je peux trouver d'autres options pour les cheveux mais pas pour mon petit cerveau. 

Toujours est-il que je suis plus sereine face à ce traitement, il était temps cela m'aura pris 15 ans, faut dire que les traitements se sont améliorés et que j'ai la tête dure également. 

 

Prochain traitement mardi prochain vincristine en injection et 14 jours de procarbazine pour finir par une autre injection de vincristine.  Je croise les doigts que je puisse faire tout le traitement sans problèmes.

 

 

 

 

Quelques nouvelles.

En ce mardi nuageux à souhait et après des mois de silence, je viens donc vous donner quelques nouvelles de moi. Les dernières semaines ont été très occupées, non seulement par la chimiothérapie, mais aussi par un déménagement. Ces dernières années je vivais en compagnie de mon frère et j'ai ressentie malgré que je me savais en récidive de me retrouver seule en appartement. Bon on s'entend, pas tout à fait seule puisque j'ai mes deux chats ainsi que des amis(es) qui m'entourent, mais quand même, je profite d'un grand appartement lumineux et tranquille. Côté santé ça va, le premier cycle ne s'est pas très bien passé et il a fallu que l'on cesse, car l'urticaire était au rendez-vous. Ce soir on commence le deuxième cycle de PCV soit 8 comprimés de CCNU (lomustine) et la semaine prochaine une injection de vincristine (oncovin) suivi de 14jours de Procarbazine(Matulane) qui seront accompagnés d'un comprimé de cortisone le matin et de benadryl le soir tout ça pour empêcher une réaction allergique.

Cette semaine rendez-vous avec la radio-oncologue de Maisonneuve-Rosemont Dr. Lessard, quoique j'ai une bonne idée de ce que sera le traitement, j'ai encore des difficultés à dealer avec ce dernier, surtout sachant que toutes les tumeurs n'ont pas été retirées et si mes souvenirs sont bons, lors de ma dernière rencontre avec cette dernière, cela augmentait les possibilités de démence à long terme. On verra jeudi avec cette dernière. Malgré tous ces petits tracas, je vais bien et je suis heureuse et ça, c'est précieux.

 

Dans un autre ordre d'idée, comme vous l'avez constaté le forum a été attaqué par de la publicité non sollicitée. J'ai donc enlevé le lien sur le blogue quoique le forum pour le moment est toujours en ligne, je vous suggère donc soit d'intervenir sur le blogue ou sur ma page Facebook c-lavie.com en attendant que je trouve une solution à ces intrus.

 


 

De retour chez mon ami Yvon le 20 mars 2015.

De retour chez mon ami Yvon hier en fin d apres midi pour ma convalescence. L operation du 17 a ete longue et mon neuro n a pu qu enlever une tumeur pour determiner le grade. On espere que la chimiotherapie et la radiotherapie pourront a dfaut de tuer les tumeurs et les cellules cancereuses restantes tout au moins les endormir, sinon je devrai subir une 5ieme operation mais il ne pourra pas passer la le chemin habituel, il devra ouvrir sur le dessus de la tete et avec la ne...uro navigation il essaiera d aller enlever les cellules cancereuse sinon il retera toujours je suppose le dr fortin a sherbrooke sur un programme experimental. Une chose a la fois, deja obtenir le, plutot possible le grade de la tumeur pour commencer la chimio et la radiotherapie, passer cette etape qui va quand meme dure 5 a 8 mois dependamment du grade faire a la fin un autre irm et apres on avisera. Pour le moment ca va, c est tout ce qui importe.

Tags:

tumeur au cerveau - 4ieme round

Janvier 2015 c'est reparti pour un 4ieme round.

Eh oui, la vie étant ce qu’elle est, j’ai eu les résultats de ma dernière IRM, les tumeurs ont grossi soit 56mm par 24mm. Hier matin, consultation auprès de mon neurochirurgien et mon oncologue on a décidé de réopérer afin d'aller nettoyer et déterminer la proportion de grade 3 ou 4 afin de planifier la bonne chimiothérapie. En effet si je suis chanceuse et que la proportion de grade 3 est plus présente, on ira avec 4 cycles de PCV et 6 semaines de radiothérapie a la fin. Sinon on se prépare une chimiothérapie et radiothérapie combinée pendant 6 semaines et 6 cycles de chimiothérapies, dépendamment comment cela se présente il y aura peut être de l'avastin également. Pour le moment le néant, j'attends mon rendez-vous pour une IRM de neuronavigation, qui permettra au médecin d’extraire le plus de cellules en causant le moins de dommage possible.

 

On parle donc d'une opération soit pour le 3 ou 10 février prochain, ça va vite et en même temps, j’aimerais tellement que tout cela soit du passé. La plus dure c'est l'attente, et comme la patience n’est toujours pas ma première qualité, j’avoue que c’est un peu chiant, mais bon c'est la vie. J'imaginais l'année 2015 un peu plus tranquille et amusante, mais il semblerait que je n' ai pas le contrôle de la situation, alors je dois suivre le mouvement et me laisser bercer par les évènements, le lâcher prise en fin de compte, moi qui ai tendance a contrôler tout dans ma vie, je suis prise un peu au dépourvu par les événements. J'ai au moins la chance d'avoir des amis(es) qui m'entourent et qui sont là pour moi, c’est une grande richesse et je les en remercie.

 

Cela m’est difficile d’exprimer clairement mes sentiments, il m’arrive d’avoir des moments de tristesse, de découragement, d’injustice, d'incertitude et tout dernièrement la peur face a l'avenir, c’est long 15 ans de combat et mes forces ne sont plus comme avant, l usure du temps, je suppose. En même temps, je sais que j’ai encore en moi cette combativité, je n’ai pas jeté l'éponge et n'ai pas dit mon dernier mot, c’est l avantage d'être entêtée. Malgré tout, la vie vaut la peine d'être vécue alors profitons du moment présent.

 

Tags: ,

tumeur au cerveau - 4ieme round

Décembre le dernier mois de l'année.

Décembre, le dernier mois de l’année 2014. Ça fait des semaines, non des mois que je me dis que je devrais reprendre l’écriture de mon blogue et raconter comment j’ai passé cette dernière année. En principe, écrire un blogue, c’est se raconter un peu tous les jours, mais je dois avouer que cette année, le gout d’écrire n’y était pas. J’ai l impression que tout ce que j’aurais écrit aurait été négatif et au lieu de cela j’ai préféré me taire.

 

Ceux qui ont lu mon histoire savent à quel point le Témodal (chimiothérapie) a des effets négatifs sur mon moral et cette fois-ci sur mon physique. Mis à part les perpétuelles nausées et diarrhées, les infections ont pris la relève,et ce durant tout le temps des 6 cycles soit d’avril a septembre, alors pas facile d’être UP la vie quand d’une part ton corps ne suit pas et d’autre part ton moral fait des siennes. Pas facile à vivre ni pour moi et nie pour ceux qui m’entourent. Le va-et-vient des émotions est infernal. Tu viens à peine de te relever d’un cycle de chimiothérapie que l’autre commence. Et comme Dominique Michel disait lors d’une entrevue, tu t assis dans un fauteuil et tu attends que ça passe, parce que tu n’as pas vraiment le choix. Je ne me suis pas nécessairement assise dans un fauteuil, mais j’ai attendu que ça passe.

 

Maintenant ça va mieux, le moral est bon, le physique lui a des hauts et des bas, mais en général ça va. J’ai appris beaucoup de choses cette année, dont avoir une 3e récidive on ne s’habitue pas. On doit refaire tout le parcours déjà fait maintes et maintes fois et non ce n’est pas plus facile, c’est différent. L’âge premièrement, la fatigue psychologique des deux autres combats et comme je me plais a dire, je suis sûre que notre corps lui reconnait l ennemi qu’est la chimiothérapie alors il te le fait savoir.

 

Malgré tout, j’ai appris beaucoup sur moi, j’ai de merveilleux amis(es) qui sont avec moi depuis plusieurs années et de tout nouveaux amis qui se sont greffés depuis quelques années. Je les remercie pour leur support moral, mais aussi d’avoir pris la peine pour une telle de m’accompagner lors de mes IRM, pour un autre de m’accompagner pour les résultats de ces examens, ou bien être là lors de certains moments heureux comme malheureux, ils se reconnaitront, ils sont inestimables et je sais que jamais je ne pourrais leur dire assez combien je les aime, que je les apprécie et qu’ils me sont précieux, ils sont ma famille.

 

Sur cette traversée, j’ai réalisé que j’avais idéalisé ma conception de la famille et de l’amour. Je pensais que lorsqu’on aimait, on était capable des plus grands sacrifices et que l on dépassait ses propres peurs. Et non, dans un monde parfait se serait le cas, mais l’homme avec un grand H n’est pas parfait, et tu peux aimé et ne pas être capable de dépasser tes peurs, après tout on n’a pas tous le même bagage pour faire face à certaines situations. C’est ce que cette 3e récidive m’a appris. Dominique Michel disait dans une entrevue qu’elle n’avait plus de pardon dans son sac à pardon et j’étais pas mal d’accord avec elle à ce moment-là. Aujourd’hui je dirais que je n’ai pas à pardonner, chacun a droit à l’erreur et à ses propres limites et c’est correct. On a tous a assumer, qui nous sommes avec nos forces et nos faiblesses. Alors je n ai pas à pardonner, mais plutôt à essayer de comprendre.

 

Dans quelques jours soit le 8 décembre prochain, dernière IRM de l’année avec des résultats le 11. Je suis toujours un peu plus anxieuse durant les quelques jours précédents les résultats, normal. On verra ce que me réserve 2015, j’espère un peu plus de tranquillité et que les choses se placent à leurs meilleurs.

Novembre le mois de la solitude

J'ai toujours trouvé le mois de novembre triste à bien des égards. Bien souvent c’est le mois des grands départs, il y a ceux qui nous quittent pour rejoindre le soleil et les plages de la Floride alors que le froid est a notre porte et que l on peut presque respirer la neige qui s’en vient. À chaque jour qui passe, on s’habille un peu plus chaudement pour essayer d’enrayer l humidité qui nous traverse le corps.

 

 

Et puis il y a ceux qui nous quitte pour un monde meilleur nous dit-on. C’est le cas de mon ami Yves qui après deux ans d’un long combat avec le cancer s’est éteint tout en douceur auprès de son compagnon de vie, mon meilleur ami. C’est difficile un deuil d’un ami, on passe par toute sorte d’émotion. On se remet en question également, on réfléchit beaucoup, on analyse et on continue notre chemin du mieux que l on peut tout en essayant d’être heureux. Un bonheur qui est tout simple, ne serait-ce qu’avoir une pensée pour cet ami qui est parti et pour tous ceux qui restent.

 

Au revoir mon ami où que tu sois.  

Tags:

Deuil